Urbanisation galopante

Andernos, que deviens-tu?

J'habite st Médard en Jalles, ville où la densité urbaine devient exponentielle au détriment des vieux quartiers. Mais les vieilles demeures détruites n'ont pas le cachet des arcachonnaises d'Andernos.

Je n'ai pu me rendre dans cette ville que j'adore depuis quinze jours... Sur la route de Bordeaux, serties des platanes qui m'ont vu grandir et vieillir, je regardais vers la gauche, après le Miami...J'imaginai ce que serait le nouveau visage d'Andernos à cet endroit... Que de bruit, de pollution atmosphérique due au kérosène... Autrefois l'aérium de la route des colonies recevait les malades souffrant de la tuberculose... Bientôt il faudra se faire soigner plus loin pour soulager l'asthme des jeunes et des vieilles personnes... Et quelle nouvelle circulation de voitures cela va-t-il engendrer... il faudra élargir les voies, faire des ronds-points...

...Route des colonies. Juste après le club de bridge, je ne sais pas s'il existe toujours, mais à ma grande horreur un lotissement est en train de voir le jour, sur le petit chemin on arrivait au pont du jeune homme. Que de fois avec mon amour nous nous sommes penchés vers le ruisseau ! Que de genêts ai-je ramassé pour offrir à ma belle un bouquet de ces petits sabots dorés ! Que de lilas sauvages ai-je senti en bordure du tir à l'arc ! Andernos tu fous le camp de mes souvenirs et tu me fais mal.

Nous nous sommes promenés dans le centre. A l'emplacement du restaurant Chez KiKI, il n'y a plus rien. En promesse du futur, un immeuble et des commerces. Les deux maisons millésimées qui s'y trouvaient ont disparues sous les coups du profit.

Dans la rue piétonne, mon épouse me dit: regarde, des particuliers construisent une piscine! Nous nous approchons... On pouvait lire: Ici prochainement, des commerces et des appartements... je n'ose imaginer le prix archi prohibitif que les futurs propriétaires devront payer...

Les commerces... Combien se construisent et ne durent qu'une année. Les gens manquent de discernement, ils devraient se renseigner auparavant. Quoi de plus triste que ces bâtiments qui occultent la terre et dont le dessous des portes vitrées est jonché d'un courrier que personne ne vient ramasser...

Face à la mairie, qui conserve son cachet centenaire, des immeubles seront érigés très bientôt et nous voici désormais dans une ville verticale où les gens ne semblent pas habiter, car on ne voit jamais personne aux balcons...

Je suis rentré à mon domicile le cœur lourd, car en quinze jours que de choses avaient changé.

Alors je n'imagine pas, conscient des projets qui se peaufinent, ce que deviendra cette ville à la pointe de son temps.

 François Veillon

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (3)

1. Veillon (site web) 15/01/2011

Suite à la publication concernant votre lettre adressée au député, j'ai eu la curiosité de consulter ce lien sur la composition de l'eau des océans.
http://www.oceanplasma.org/documents/chimie.html#La_Chimie
Il s'avère que la composition chimique de l'eau soit la résultante de l'érosion des roches au cours des différentes ères géologiques. On retrouve une foule de métaux issus de l'environnement terrestre.
La nature a parfaitement géré cet assemblage moléculaire puisque la vie y était possible jusqu'à ce jour. Mais aujourd'hui, on peut dire que des molécules surnuméraires d'autres métaux lourds générés par la chimie des industries, risquent d'occasionner des mutations dangereuses en s'associant avec celles existantes. La nature par définition utilise et transforme par nécessité d'harmonie nucléaire tout ce qui l'environne. les effets en sont parfois dévastateurs, on le voit sur notre pauvre bassin d'Arcachon dont l'eau transformée devient une soupe chimique à terme dangereuse pour la santé.
Que faire? Capter les ions métalliques et autres sels délétères par des procédés électrostatiques à l'entrée des passes, car l'océan est l'un des plus grand pourvoyeur empoisonné de par les courants nord-sud longeant les côtes. Le cul de sac du bassin récupère tous les immondices venant du large. Avec Ce qui arrive par dessous issu des décharges mais aussi par des déversements irresponsables ajouté aux biocides naturels où polluants des coques de bateaux, du gas-oil qui flotte en permanence, aux pluies acides qui se déversent sur l'eau, alors on ne doit pas s'étonner de récolter ce que nous avons semé.
Dans mon sauvetage du bassin d'arcachon j'insiste sur le fait qu'aucun déversement style celui du Warf doit se faire dans le bassin. Cette eau doit être recyclée avec d'autres dans de grands bassins de décantation et doit être réutilisée pour des utilisations ménagères et agricoles. Il est inadmissible de voir aujourd'hui, qu'à part l'eau des Abatilles tous les courants d'eau à sept huit mètres sont impropres à la consommation
François veillon
http://poetedubassin.canalblog.com/

2. Marie 07/01/2011

Vous avez raison tous les deux. Nous devons arrêter de laisser faire, ce n'est plus possible de continuer comme ça, le bassin ne le supportera pas car il a déjà atteint son maximum de pollutions. Heureusement, il y a des lois qui peuvent nous aider à freiner le massacre. Chacun peut faire quelque chose en se rapprochant des associations qui défendent notre environnement, elles ont besoin d'être soutenues et comptent sur vous.

3. Stéphane Scotto (site web) 07/01/2011

François, votre commentaire est touchant et criant de vérité.
Malheureusement c'est le même constat dans le Sud Bassin !
Arcachon, Gujan, La Teste et même Le Teich... ça bétonne sec !
Sans parler des zones industrielles qui s'agrandissent à vue d'oeil avec leur lot de conséquences...

Ce n'est plus le Bassin d'Arcachon mais le Bassin d'ArcaCONS !

Car nous sommes bien CONS d'accepter cela.
Ceux qui sont là depuis toujours perdent leurs racines, et ceux qui sont venus ici par amour des lieux, perdent leurs rêves et la qualité de vie qu'ils étaient venus y trouver.

Mais aucun d'entre eux n'osent s'exprimer. C'est bien triste.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau